Ironman Barcelone 2018

Dimanche 7 octobre, j’étais au départ de ma dernière course de la saison, l’ironman Barcelone.

 

Malheureusement, ça c’est soldé par un abandon. Mon premier en 12 ans de triathlon.

Pourtant lors de la préparation tous les voyants étaient au vert, l’après Canadaman c’est plutôt bien passé. L’envie était encore là, les sensations étaient bonnes et les résultats étaient très encourageants.

 

Le rapport de course sera donc assez succinct ^^…

La natation se passe bien. Malgré les vagues, je sors même un peu mieux par rapport à ce que j’espérais (1h02).

Le vélo commence bien, le parcours est vraiment taillé pour les rouleurs. Rapidement des gros groupes se forment en vélo. J’essaie de rester au calme à chaque fois à l’arrière du groupe en respectant les règles de drafting. Un petit mal de ventre s’installe au fur et à mesure des kilomètres. Km 120, je sens l’hypo arriver, je n’alimente donc en conséquence, et là c’est le début de la galère. Le mal de ventre devient vraiment important, j’ai froid, envie de dormir, ….. À cet instant, je me revois à la fin du vélo au Canadaman. J’avais dû vraiment puiser pour aller au bout. J’étais en train de revivre le même scénario, sauf que là l’envie n’y était plus.

Sur le retour je décide de m’arrêter devant notre logement. Je n’avais envie que d’une chose faire la sieste…

 

Quelle leçon tirer de la course ?

– Un ironman est et restera une course vraiment très dure physiquement et mentalement. À chaque fois c’est un combat contre soi-même. En faire 2 par an, mentalement c’est trop pour moi.

– Depuis Zurich l’année dernière, j’ai toujours mes soucis digestifs une fois passé les 5h de course. Pas facile d’en trouver la cause surtout qu’à l’entraînement tout va bien… À Zurich, j’avais mis ça sur le dos du sandwich qui avait tourné avec la chaleur. Au canada, sans grande chaleur et sans beurre, le sandwich n’est pas passé non plus. À Barcelone du coup pas de sandwich et rebelote… Cette fois-ci j’ai eu mal de ventre à cause l’acidité de ce que j’ai dû manger.

– Peut-être pas d’ironman l’année prochaine, je vais peut être me concentrer sur des formats de course un peu plus court.

 

Un grand bravo à Richard et surtout à Thierry qui pour ses 60 ans réalise une super course. Merci à tous pour vos messages et encouragements, ça me touche beaucoup 🙂 . Un grand merci aussi à Catherine et Marie qui sont venus nous encourager jusqu’à Barcelone.

 

 

 

vélo im barcelone